Pour une nouvelle approche des problématiques de l’avancée en âge, raison d’être et finalité

Au vu du caractère inédit et de l’importance de la transition démographique et sociale en cours, une nouvelle approche de l’avancée en âge, mérite d’être prise en compte et de trouver sa place aux côtés des démarches actuelles, principalement sociales et médicales.

La troisième voie, élaborée à l’intention des plus de soixante ans, vise un changement des représentations et des conduites à la mesure de cette transition. Délaissant les méthodes habituellement utilisées pour informer la population des risques de l’avancée de l’avancée en âge, et des encouragements à bien vieillir, elle privilégie une plus grande écoute et implication de ces personnes en retenant quatre idées principales :

Permettre à ces sujets de prendre leurs distances avec les représentations sociales dominantes de la vieillesse et des évènements du présent, de retrouver leurs capacités d’initiative, de ne plus se sentir seuls pour explorer des questions personnelles, et de pouvoir le faire sans se sentir fragilisés ou jugés, que des termes comme déconditionnement, de retour aux sources, de rupture de la solitude, de liberté d’expression et de confidentialité permettent de résumer :

Le déconditionnement se rapporte à l’emprise sur les individus des représentations sociales de la vieillesse et de la pression des évènements du présent, des inquiétudes sur leur avenir ou celui de leurs proches. Le dispositif doit les aider à mettre à distance les images, globalement négatives, qu’ils ont de ce temps de vie et de leur situation présente.

Le retour aux sources afin qu’ils puissent se recentrer sur leurs capacités d’apprentissage et de découverte, se reconsidérer comme des êtres de désir et de potentialités, retrouver le goût d’apprendre et de découvrir, faire preuve d’initiative et penser leur vie d’une manière constructive.

La rupture de la solitude par l’immersion et la participation à un groupe de pairs, pour cesser d’être envahi par leurs craintes, voire leurs angoisses, leurs sentiments d’échec, pour bénéficier de l’expérience et de l’écoute de personnes ayant des préoccupations proches des leurs.

Enfin pour leur faciliter l’exploration de questions du registre de la vie privée, en évitant de se sentir fragilisés ou jugés, d’avoir le sentiment de trahir des secrets ou de perdre la maîtrise de leur discours, des règles de liberté d’expression et de confidentialité sont proposées.

Pour l’ensemble de ces points Cf. l’article intitulé : Transition démographique et avancée en âge, quel accompagnement, quelles méthodes proposer ? à paraître prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *